Consultez
spacer spacer spacer spacer spacer spacer spacer spacer spacer

RSS feed

Share |
MAP
RSS
A -  A+
RSS
RSS
Langue
Documents
Listes
Cartographies CITE
Cartographies de la CITE
Programme IEM
La principale source de données sur l'Éducation
ISCED: International Standard Classification of Education
Indicateurs mondiaux sur l'éducation
CITE : Classification Internationale Type de l'Education
Financement de l'éducation
Résultats d'apprentissage
EPT et le suivi des OMD
Out-of-school Children
Statistiques relatives à l’enseignement supérieur
Normes et méthodologies
Standards and Methodologies
Financement de l'éducation
Enseignement supérieur
Objectifs internationaux de l'éducation
Enseignants
Enfants non scolarisés
Résultats de l'apprentissage
DATA PLANS
Les plans de collecte de données
Enseignants
Women in higher education
La place des femmes dans l'enseignement supérieur
LA CITE 2011: QUESTIONS ET REPONSES
Questions and Answers about ISCED 2011
Education Data Release
Publication de données de l’ISU sur l’éducation
Out-of-school children: New data reveal persistent challenges
Enfants non scolarisés : de nouvelles données soulignent les défis persistants.
New Questionnaire on Adult Education for Latin America and the Caribbean
Lancement d’un nouveau questionnaire sur l’éducation des adultes en Amérique latine et Caraïbes
Global Demand for Primary Teachers
DEMANDE MONDIALE D’ENSEIGNANTS AU PRIMAIRE
Word Development Report 2012
Rapport mondial sur le développement 2012
Event: Tackling the challenges of secondary education
Evénement marquant la Journée mondiale des enseignants
Global Education Digest 2011
Recueil de données mondiales sur l’éducation 2011
education data release
ISCED 2011 responds to needs of evolving education systems
La CITE 2011 répond aux besoins de systèmes éducatifs en évolution
Genre dans l’éducation
Publication des données de l’éducation
GENRE DANS L’ÉDUCATION
Education Data Release
Launch of 2013 Education Survey
Accueil > Éducation > L'Enseignement supérieur en Asie Accueil

L'Enseignement supérieur en Asie 

 

La dynamique des universités asiatiques : nouvelles constatations sur les stratégies conçues pour stimuler les classements et la recherche
 

Education superieur en Asie image de couvertureAlors que les inscriptions dans les universités continuent de progresser en Asie, un nouveau rapport de l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) analyse comment les pays de la région peuvent accueillir davantage d’étudiants tout en renforçant la qualité de leurs programmes et recherches universitaires.

 

Intitulé Higher Education in Asia: Expanding Out, Expanding Up, le rapport sera lancé à Bangkok le 19 mai lors d’un événement organisé par le Bureau de la Commission de l’enseignement supérieur, l’université Mahidol et l’UNESCO. S’appuyant sur les données de l’ISU et sur un large éventail d’autres sources, le rapport a pour objet d’aider les gouvernements en Asie et ailleurs à évaluer les arbitrages politiques visant à élargir l’accès aux universités et institutions de recherche de grande qualité.

 

En Asie, les systèmes d’enseignement supérieur s’agrandissent avec le soutien des gouvernements pour construire de nouveaux campus, recruter davantage d’enseignants et développer le secteur privé. Près de 40 % des étudiants asiatiques de l’enseignement supérieur sont inscrits dans des universités et collèges privés qui ont bénéficié d’une croissance phénoménale au cours des dix dernières années.

 

Cependant, la situation varie considérablement selon les pays : ainsi, selon le rapport, la part des étudiants inscrits dans des institutions privées est de 15 % au Vietnam contre 81 % en République de Corée.  

 

Dans la région, les pays ne cherchent pas simplement à faire progresser les inscriptions dans les universités ; ils s’efforcent également de renforcer leurs fondations en matière de recherche et de développement expérimental (R&D). Le rapport présente une gamme de données permettant de mieux évaluer les avantages économiques découlant de la recherche universitaire ainsi que les retombées sur l’industrie.

 

Globalement, l’intensité de la R&D (indicateur fréquemment utilisé pour refléter les dépenses en R&D en tant que pourcentage du produit intérieur brut) varie considérablement dans les pays de la région : République de Corée (4 %), Japon (3,4 %), Singapour (2,2 %), Chine (1,8 %), Malaisie (1,1 %), Inde (0,8 %) et Thaïlande (0,25 %).

 

Le rapport compare également les financements publics consacrés à la recherche appliquée par rapport à ceux consacrés à la recherche fondamentale. En Thaïlande par exemple, 38 % de la R&D sont consacrés à la recherche appliquée contre 14 % à la recherche fondamentale. Le reste (48 %) va au développement expérimental. La Chine quant à elle, consacre 78 % des dépenses en R&D au développement expérimental, 17 % à la recherche appliquée et 5 % à la recherche fondamentale.

 

Ressources supplémentaires :

 

 

5/5/2014

Passer au contenu principal